Quels impacts du changement climatique sur les espaces maritimes et littoraux ?

  • 1
  • 2
1 sur 2
 

Quels impacts du changement climatique sur les espaces maritimes et littoraux ?

Quelles réponses apporter face au recul du trait de côte?

Le trait de côte désigne la zone d'intersection entre la terre et la mer. Il intègre des facteurs humains, climatiques, géologiques, écologiques, socio-économiques mais aussi historiques et culturels, et peut être constitué d'une grande variété d'éléments naturels (côtes sableuses, rocheuses, baies, estuaires, mangroves, plages coralliennes…).

En savoir plus

 
 
Fermer

En savoir plus

Le changement climatique a de multiples impacts sur la mer et le littoral, dont les plus visibles sont l'élévation du niveau des mers et le renforcement du niveau de risques de submersion, d'érosion ou de pénétration du biseau salé dans les terres. D'autres effets sont moins connus mais pourraient également avoir des effets sur le trait de côte (modification de la fréquence et de la puissance des tempêtes, évolution des courants marins…). Ces effets, qu'ils soient avérés, prévus ou probables, sont pris en compte dans l'élaboration des stratégies de gestion du littoral. (Dossier du Maître d'Ouvrage, Fiche n°14 - « L’évolution du trait de côte et de la bande côtière en façade Manche Est - Mer du Nord »)

La loi littoral, adoptée en 1986, vise à concilier le développement du littoral et sa préservation, en interdisant les constructions sur une bande de 100 mètres à partir de la limite de marée haute, en mettant en place des coupures d’urbanisation et en graduant celle-ci en fonction de la distance aux rivage (notion d’espace proche du rivage). Elle régule également l'urbanisation du littoral, en interdisant le « mitage » pour limiter l'extension urbaine en bord de mer. La loi portant évolution du logement, de l’aménagement et du numérique (ELAN) de 2018 a renforcé certaines de ces dispositions, en limitant davantage les constructions en bord de mer. Des associations de défense de l’environnement dénoncent cependant un manque d’application de cette loi, certains élus accordant des permis de construire dans des zones légalement interdites, face à la pression foncière dans certaines régions. (Vie Publique, 2023)

La France s'est par ailleurs dotée en 2012 d'une stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte (SNGITC), déclinée en 2017 en un programme d'actions pour améliorer la connaissance sur le trait de côte, élaborer des stratégies territoriales partagées, développer les démarches expérimentales sur les territoires côtiers, sensibiliser à ces enjeux, etc. La loi Climat et résilience de 2021 instaure des outils pour aider les collectivités locales à adapter leur action en matière d'aménagement du territoire au regard de ces enjeux. D'autres dispositifs existent pour faire face aux risques liés au changement climatique : le plan de prévention des risques naturels (PPRN) qui encadre les constructions et usages des sols selon les risques naturels, la stratégie nationale de gestion des risques d'inondation, les systèmes d'alertes « vagues-submersion » liés à Météo France, les plans de prévention des risques littoraux (PPRl), etc.

Le Conservatoire du littoral joue un rôle majeur dans l'application de ces dispositions. Il ambitionne d'acquérir 320 000 hectares au sein de zones prioritaires stratégiques identifiées, pour protéger un tiers du littoral à l'horizon 2050. Il développe également des programmes de gestion intégrée du littoral, que ce soit au niveau national avec la démarche de gestion souple du littoral Adapto , ou européen avec les programmes Branch, Leonardo et LiCCo.

L'Etat réévalue son action au regard des dernières connaissances scientifiques en élaborant tous les cinq ans un Plan national d'adaptation au changement climatique. La 3e édition de ce plan devrait être publiée au début de l'été 2024. Par ailleurs, l'Etat mène depuis 2011 un appel à projets de programmes d'actions de prévention des inondations (PAPI). Ce dispositif permet la structuration des démarches de prévention pensées par les collectivités à l'échelle des bassins de risques cohérents, et ouvre l'accès à un financement par le fonds de prévention des risques naturels majeurs.

Sources  :

La mer en débat

Organiser un débat public, c'est aussi comprendre qui sont ses participants.

Vous voulez nous en dire un peu plus sur vous ?

Non merci Oui

Vos arguments sont précieux, prenez le temps de les partager !

Tout ce que vous direz sera versé au débat et analysé, pour éclairer les décisions à venir.

OK merci
Fermer

Méthodologie

Comment nous avons travaillé sur...

…”Je teste mes connaissances” ?

Les infographies sont réalisées par des datajournalistes en coopération avec la Commission particulière en charge de ce débat public sur la base des sources et rapports officiels les plus récents possibles (administrations publiques locales ou nationales, fédérations professionnelles, organisations scientifiques…). Les noms des sources sont toutes précisées, ainsi que leur date, en bas de chaque infographie.

Cet outil est évolutif
d’autres expériences seront proposées au cours du débat.
Revenez vite !

Fermer

Méthodologie

Comment nous avons travaillé sur...

…”Je me fais mon avis” ?

Les questions des différents parcours du module « Je me fais mon avis » ont été construites à partir des grands enjeux identifiés par la Commission particulière en charge de ce débat public. Les contenus de ces parcours ont été rédigés par les équipes de WDPE, en partenariat avec l’équipe du débat. Les contenus informatifs disponibles pour chaque question dans la fenêtre « En savoir plus » ont été élaborés à partir d’études scientifiques, de données fournies par la maîtrise d’ouvrage, et de diverses sources institutionnelles.
Les citations du public ont été rédigées à partir de paroles recueillies dans le cadre de débats publics et de concertations précédentes. Les avis des acteurs identifiés (maître d’ouvrage, pêcheurs, acteurs du tourisme, etc.) ont été construits à partir des échanges menés par l’équipe organisatrice sur les territoires au cours de la phase préparatoire du débat public.
Les parcours à venir seront nourris par les enjeux, avis et questionnements qui émergeront des différents temps forts du débat sur l’avenir de la mer.

Cet outil est évolutif
d’autres expériences seront proposées au cours du débat.
Revenez vite !

Fermer

Méthodologie

Confrontez-vous à différentes informations et points de vue, et partagez vos réactions : elles seront versées au débat public en cours sur l’avenir des différentes façades maritimes de France métropolitaine.

Comment nous avons travaillé sur...

…”Je teste mes connaissances” ?

Les infographies sont réalisées par des datajournalistes en coopération avec la Commission particulière en charge de ce débat public sur la base des sources et rapports officiels les plus récents possibles (administrations publiques locales ou nationales, fédérations professionnelles, organisations scientifiques…). Les noms des sources sont toutes précisées, ainsi que leur date, en bas de chaque infographie.

…”Je me fais mon avis” ?

Les questions des différents parcours du module « Je me fais mon avis » ont été construites à partir des grands enjeux identifiés par la Commission particulière en charge de ce débat public. Les contenus de ces parcours ont été rédigés par les équipes de WDPE, en partenariat avec l’équipe du débat. Les contenus informatifs disponibles pour chaque question dans la fenêtre « En savoir plus » ont été élaborés à partir d’études scientifiques, de données fournies par la maîtrise d’ouvrage, et de diverses sources institutionnelles.
Les citations du public ont été rédigées à partir de paroles recueillies dans le cadre de débats publics et de concertations précédentes. Les avis des acteurs identifiés (maître d’ouvrage, pêcheurs, acteurs du tourisme, etc.) ont été construits à partir des échanges menés par l’équipe organisatrice sur les territoires au cours de la phase préparatoire du débat public.
Les parcours à venir seront nourris par les enjeux, avis et questionnements qui émergeront des différents temps forts du débat sur l’avenir de la mer.