Quel équilibre entre les usages et la protection de la mer ?

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
1 sur 4
 

Quel équilibre entre les usages et la protection de la mer ?

Est-il possible de concilier le tourisme avec la protection des milieux marins ?

La France est la première destination touristique mondiale. Les activités touristiques liées à la mer sont nombreuses : plaisance, croisières, loisirs nautiques, concessions de plage, etc. Le littoral est la première destination touristique du territoire français : il concentre 40% des hébergements touristiques et 36% des résidences secondaires. Ces activités génèrent des pressions sur l’environnement marin et littoral. Le tourisme est à l’origine de 5% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, mais il a aussi des conséquences directes sur les territoires : artificialisation du littoral, accentuation de l’érosion des côtes liée à la sur-fréquentation de sites naturels, dégradation estivale de la qualité des eaux marines côtières…

En savoir plus

 
 
Fermer

En savoir plus

Le tourisme littoral recouvre les activités pratiquées par toute personne séjournant dans une commune littorale, les activités réalisées lors de son voyage pour s’y rendre ou en revenir, ainsi que les activités menées en préparation du séjour. Au niveau national, plus du quart de la dépense touristique en 2019 est liée à l’attractivité des communes littorales. Le tourisme maritime concentre 56% de la valeur ajoutée de l’économie maritime, et emploie ⅔ des personnes travaillant autour de la mer.

Différentes activités sont intrinsèquement liées au tourisme littoral. La navigation de plaisance constitue un secteur important : la France compte plus de 400 ports de plaisance, pour environ quatre millions de plaisanciers réguliers répertoriés en 2020-2021. Les loisirs nautiques regroupent également une multitude de pratiques qui attirent chaque année de nombreux touristes : planche à voile, ski nautique, kitesurf, plongée, char à voile, etc.

Ces activités ont néanmoins des conséquences sur l’environnement : à l’échelle nationale, la pression exercée par le tourisme dans les communes littorales est cinq à six fois supérieure à celle observée sur l’ensemble de la France. Les effets locaux varient selon les activités en présence, mais on recense sur beaucoup de littoraux attractifs des problématiques sanitaires, avec des accumulations de déchets pendant la haute saison touristique, une dégradation de la qualité des eaux, liées à l’introduction de produits contaminants dans les eaux de baignade (notamment la crème solaire). La biodiversité locale est directement affectée, que ce soit du fait de la pollution ou de l’explosion de la fréquentation de son habitat naturel qui perturbe son cycle de vie. L’artificialisation des sols pour construire les infrastructures d’accueil des touristes et la surfréquentation de certains sites naturels accélère par ailleurs l’érosion du trait de côte, ce qui pousse certains territoires à limiter l’accès aux espaces naturels sensibles pendant la haute saison (le Parc National des Calanques a par exemple instauré un quota de visiteurs à ne pas dépasser chaque jour en été, pour limiter les dégradations du couvert végétal et l’érosion des sols liés aux piétinements).

Le projet de stratégie nationale mer et littoral, qui devrait être approuvé par décret d’ici fin 2023, fixe comme objectif de « Promouvoir des loisirs et des sports nautiques/subaquatiques ainsi qu’une plaisance de qualité, écologique et créatrice d’emplois », en encourageant les actions vertueuses mises en place localement pour un tourisme plus durable. Par exemple, des expérimentations sont menées sur plusieurs sites des côtes bretonnes pour comparer les impacts de différents types de mouillages sur les écosystèmes sensibles.

La mer en débat

Organiser un débat public, c'est aussi comprendre qui sont ses participants.

Vous voulez nous en dire un peu plus sur vous ?

Non merci Oui

Vos arguments sont précieux, prenez le temps de les partager !

Tout ce que vous direz sera versé au débat et analysé, pour éclairer les décisions à venir.

OK merci
Fermer

Méthodologie

Comment nous avons travaillé sur...

…”Je teste mes connaissances” ?

Les infographies sont réalisées par des datajournalistes en coopération avec la Commission particulière en charge de ce débat public sur la base des sources et rapports officiels les plus récents possibles (administrations publiques locales ou nationales, fédérations professionnelles, organisations scientifiques…). Les noms des sources sont toutes précisées, ainsi que leur date, en bas de chaque infographie.

Cet outil est évolutif
d’autres expériences seront proposées au cours du débat.
Revenez vite !

Fermer

Méthodologie

Comment nous avons travaillé sur...

…”Je me fais mon avis” ?

Les questions des différents parcours du module « Je me fais mon avis » ont été construites à partir des grands enjeux identifiés par la Commission particulière en charge de ce débat public. Les contenus de ces parcours ont été rédigés par les équipes de WDPE, en partenariat avec l’équipe du débat. Les contenus informatifs disponibles pour chaque question dans la fenêtre « En savoir plus » ont été élaborés à partir d’études scientifiques, de données fournies par la maîtrise d’ouvrage, et de diverses sources institutionnelles.
Les citations du public ont été rédigées à partir de paroles recueillies dans le cadre de débats publics et de concertations précédentes. Les avis des acteurs identifiés (maître d’ouvrage, pêcheurs, acteurs du tourisme, etc.) ont été construits à partir des échanges menés par l’équipe organisatrice sur les territoires au cours de la phase préparatoire du débat public.
Les parcours à venir seront nourris par les enjeux, avis et questionnements qui émergeront des différents temps forts du débat sur l’avenir de la mer.

Cet outil est évolutif
d’autres expériences seront proposées au cours du débat.
Revenez vite !

Fermer

Méthodologie

Confrontez-vous à différentes informations et points de vue, et partagez vos réactions : elles seront versées au débat public en cours sur l’avenir des différentes façades maritimes de France métropolitaine.

Comment nous avons travaillé sur...

…”Je teste mes connaissances” ?

Les infographies sont réalisées par des datajournalistes en coopération avec la Commission particulière en charge de ce débat public sur la base des sources et rapports officiels les plus récents possibles (administrations publiques locales ou nationales, fédérations professionnelles, organisations scientifiques…). Les noms des sources sont toutes précisées, ainsi que leur date, en bas de chaque infographie.

…”Je me fais mon avis” ?

Les questions des différents parcours du module « Je me fais mon avis » ont été construites à partir des grands enjeux identifiés par la Commission particulière en charge de ce débat public. Les contenus de ces parcours ont été rédigés par les équipes de WDPE, en partenariat avec l’équipe du débat. Les contenus informatifs disponibles pour chaque question dans la fenêtre « En savoir plus » ont été élaborés à partir d’études scientifiques, de données fournies par la maîtrise d’ouvrage, et de diverses sources institutionnelles.
Les citations du public ont été rédigées à partir de paroles recueillies dans le cadre de débats publics et de concertations précédentes. Les avis des acteurs identifiés (maître d’ouvrage, pêcheurs, acteurs du tourisme, etc.) ont été construits à partir des échanges menés par l’équipe organisatrice sur les territoires au cours de la phase préparatoire du débat public.
Les parcours à venir seront nourris par les enjeux, avis et questionnements qui émergeront des différents temps forts du débat sur l’avenir de la mer.